Les abeilles, muses et artistes

Sur la toile, j’ai vu passé pas mal d’articles sur ces artistes contemporains qui travaillent avec les abeilles… Ma démarche n’est pas de faire un énième billet sur chacun d’eux, sur leur dernière expo… Non ce qui m’intéresse c’est la relation entre l’Art et les abeilles, ce qui attire ces artistes dans cet animal, petit, fragile mais travailleur.

Les abeilles sont ce petit insecte butineur tellement essentiel à notre écosystème permettant la pollinisation de nombreuses plantes. Pourtant à travers le monde, leur population ne cesse de décroitre. Cette baisse du nombre d’individus plus ou moins vertigineuse en fonction des Régions du monde, serait due en grande partie au « syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles »… Reflet de notre planète, elle a su inspirer des artistes comme Aganetha Dyck, Tomáš Libertíny ou encore Ren Ri qui à travers leur art lui rendent hommage.

Les abeilles dans l’histoire

Blason des Orphelins apprentis d'AuteuilDe nos jours, l’abeille incarne l’ordre, le travail et la charité. Ces symboliques sont toutes récentes et durant l’Antiquité, elle symbolisait la résurrection et l’immortalité. Notons que les abeilles sont présentes sur de nombreux blason, à l’instar de celui des « Orphelins Apprentis d’Auteuil » signifiant leur labeur (à gauche).

 

Avant cela, l’abeille était également un des emblèmes de l’Empire de Napoléon Bonaparte, le rattachant ainsi à la dynastie des Mérovingiens, la plus ancienne de France. Des mouches et des cigales d’or et d’émail ornaient autrefois leurs bijoux et le manteau du roi défunt, constituant une partie du mobilier mortuaire des Mérovingiens. Quelques unes d’entre elles furent retrouvées en 1683 à Tournais, en Belgique, à l’époque on les confondit alors avec des abeilles. Dès lors, l’amalgame perdure.

Les abeilles dans l’art

L’un des sujets de représentation de l’abeille qui prédomine dans l’art se réfère à la mythologie : Eros piqué par une abeille. Eros, Cupidon, ou l’Amour… cela reste le même personnage : le dieu du désir.

Ce thème mythologique s’inspire d’une fable de l’Antiquité grecque attribuée à Théocrite (IIIè siècle av JC). Elle raconte la mésaventure d’Eros se faisant piquer par des abeilles après leur avoir volé leur miel. Il se plaint alors à sa mère Aphrodite (Vénus, déesse de l’amour terrestre, comprenez qu’il s’agit de l’amour charnel) : il est injuste qu’une si petite créature (l’abeille) provoque une aussi grande douleur. Aphrodite lui répond alors que lui aussi est petit mais que ses flèches de l’amour pouvaient également faire très mal. Derrière cette réponse, d’une mère à son fils, on peut y voir la morale suivante selon laquelle, l’amour, s’il est spirituel et platonique n’est que douceur (le miel), alors que s’il est terrestre et physique, il est douleur (le dard, la piqure de l’abeille). Une autre interprétation, plus triviale peut être aussi évoquée : Les flèches d’Eros ou le dard des abeilles pouvant ainsi faire référence aux maladies vénériennes très répandues à l’époque.

Cupidon le voleur de miel, Albrecht Durer

Detail-Cupidon le voleur de miel, Albrecht Durer

Cupidon le voleur de miel, Albrecht Durer, stylo, 1514 (Kunsthistorisches Museum Vienne, Autriche)

Vénus et Cupidon le voleur de miel (série), Lucas Granach l'Ancien

Vénus et Cupidon le voleur de miel (série), Lucas Granach l’Ancien, 1520-1535, Londres, Paris, Munich.

Vénus et Cupidon, Pablo Picasso

Vénus et Cupidon, Pablo Picasso, 1949 ou 1960.

L' Amour piqué, Jean Antoine Marie Idrac

L’ Amour piqué, Jean Antoine Marie Idrac, 1877, (Musée des Beaux Arts, Lille, France).

Ajoutons que les abeilles sont également présentes dans les arts décoratifs tels que la gravure, l’orfèvrerie et la joaillerie, ainsi que dans la faïence, la porcelaine et la verrerie…

Les abeilles font de l’art

Depuis quelques années, les abeilles ne sont plus simplement qu’un symbole ou un sujet de la mythologie… Elles participent à l’art, elles inspirent et « collaborent » avec des artistes contemporains.

Aganetha Dyck

Aganetha Dyck est née en 1937 à Winnipeg dans le Manitoba au Canada. Cette plasticienne commence sa production artistique sur le tard et expose seule pour la première fois en 1979. Son travail consiste en la réappropriation d’objets du quotidien…. et collabore avec les abeilles créant ainsi de délicates sculptures originales. Sa démarche consiste à placer des objets de la vie courante dans des ruches et de les y laisser plusieurs semaines voire plusieurs mois, ainsi les abeilles se les approprient, les recouvrant de cire et d’alvéoles. A travers son travail on peut y voir une certaine critique de notre société. Ce parallèle fait avec les abeilles, en connexion avec la nature, et l’humanité témoigne que nos destins sont liés, de notre vulnérabilité.

Aganetha Dyck 1

Aganetha Dyck 2

Aganetha Dyck 3

Aganetha Dyck 4

 

Tomáš Libertíny

Tomáš Libertíny est né en Slovaquie d’un père architecte et d’une mère historienne. Après avoir suivi des études prestigieuses en art (il a notamment fréquenté l’Académie des Beaux-Arts et du Design de Bratislava et reçu son MFA -Master of Fine Art- en 2006 à la Design Academy d’Eindhoven), il se spécialise entre autre dans l’art apicole. Passionné et amoureux des abeilles, il repousse avec elles les barrières du design conventionnel, permettant à la nature de créer des objets produits par l’Homme.

Vessel 1

Vessel #1, Tomáš Libertíny, 2011

Ce vase a été créé au rythme de ces petites créatures ; il aura fallu 60 000 abeilles et deux mois. Lentement, avec l’aide du designer, elles ont produit Vessel #1. Il s’agit pour Tomáš Libertíny d’insérer une structure de base dans une ruche et d’ensuite surveiller et guider leur construction.

bees01

Unbearable lightness, Tomáš Libertíny

Cette œuvre suspendue de Libertíny représentant la figure d’un Christ martyrisé a été créée par une ruche de 40 000 individus. L’artiste réussi à contrôler ses abeilles, les attirant précisément pour créer la peau de cette sculpture.

Aussi, je vous invite à regarder ce petit film de 3 minutes, réalisé par l’artiste lui-même : Thousand Years.

 

Ren Ri

Ren Ri est un artiste vivant et travaillant à Pékin en Chine. Passionné, lui aussi, par les abeilles, il collabore avec elles pour réaliser des sculptures originales avec leur cire. Pour réaliser la série « Yuansu », l’artiste place la reine dans un polyèdre transparent, puis les ouvrières viennent alors former de façon symétrique, leur ruche tout autour d’elle. Pour donner les formes très particulières à ses ruches, Ren Ri tire au sort  avec un dé toutes les semaines le sens de rotation de la ruche.

Ren Ri 1

Ren Ri 2

A travers ce travail, l’artiste souhaite observer l’évolution et le comportement imprévisible de ses abeilles mais aussi prouver le lien entre la nature (les abeilles) et l’humanité (l’influence de Ren Ri sur la ruche).

Autre exemple de son travail, les cartes en relief de notre planète qu’il créé avec ses abeilles en usant du même procédé que le précédant, modelant ainsi la carte en changeant la position de la ruche.

Ren Ri 3

Ren Ri 4

Ren Ri 5

 

En conclusion, je vous dirais simplement : si les abeilles inspirent autant les artistes, par de là le monde, c’est bien parce qu’elles sont le reflet de l’état de santé de notre planète, l’incarnation de la nature… La nature, un grand sujet dans l’art, qui a inspiré à coup sûr d’innombrables artistes à travers les différentes époques.

Leur œuvres d’Aganetha Dyck, de Tomáš Libertíny ou encore celles de Ren Ri, montrent comment l’homme peut influencer la nature, et inversement. Ces artistes témoignent à quel point notre relation avec la nature peut-être surprenante.

“Quoi que vous fassiez, prévient  Tomáš Libertíny, n’énervez pas les abeilles.”

Sources :

En savoir plus sur les abeilles : Un toit pour les abeilles / Wikipédia : Syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles / Le monde Planète : les abeilles malades de l’homme / Notre planète info : Les abeilles, témoins du bon état de notre environnement, disparaissent massivement / Arte TV : Le mystère de la disparition des abeilles

Les abeilles dans l’histoire et dans l’art : Universalis : abeilles-impériales / la ruche sauvage / La République des abeilles

Artistes :
Aganetha Dyck : La boite verte / Colossal / Boumbang
Tomáš Libertíny : Studiolibertiny / Courrier international / MOMA / Alive / Designboom
Ren Ri : Colossal / Journal du design : ruches-sculptures / Huffington Post / NEON mag / Journal du design : cartes en cire d’abeille /La boite verte

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s